social twittersocial facebook

CONSEILLER MUNICIPAL DE TOULOUSE ET CONSEILLER COMMUNAUTAIRE DE TOULOUSE MÉTROPOLE

  • Accueil
  • Actualité
  • Communication institutionnelle et communication politique : attaque de votre portefeuille et inacceptable mélange des genres

Communication institutionnelle et communication politique : attaque de votre portefeuille et inacceptable mélange des genres

Depuis plusieurs semaines la droite municipale est en grande difficulté concernant leur refus injustifiable de prolonger la ligne B du métro. Pour riposter, Jean-Luc Moudenc décide de ponctionner une nouvelle fois votre portefeuille.

Sur l'arrière des bus, dans vos boîtes aux lettres ou dans vos quotidiens locaux vous n'avez pas pu passer au travers du déferlement de communication de Toulouse Métropole et de la ville de Toulouse concernant sa politique de transport. Une collectivité a parfaitement le droit de développer une politique de communication institutionnelle, quel est donc le problème ?

Le problème est double et il est grave.

La première remarque que l'on peut signaler c'est le caractère éminemment politique de cette campagne de communication. En effet cette dernière n'est pas comme doit l'être une campagne institutionnelle, la mise en avant d'une politique mise en œuvre par une collectivité, mais elle n'est ici que la défense de la ligne politique de Jean-Luc Moudenc. Ajoutons que la charte graphique utilisée afin de troubler les citoyens n'est pas la charte graphique de la Métropole et s'apparente fort curieusement à celui du Parti politique "les républicains".

La seconde remarque la plus grave, la plus fondamentale, est qu'en lisant les réseaux sociaux aujourd'hui quelle ne fût pas ma surprise de constater que ce tract est distribué par des militants "Les Républicains". Quelle incroyable et inacceptable confusion entre intérêt général et défense d'arguments partisans.

De deux choses l'une, soit ce tract est un tract politique et il doit être payé par un parti politique, soit c'est une communication institutionnelle et il ne peut aucunement défendre une ligne politique partisane et doit être exclusivement distribué par des voies institutionnelles !

En agissant ainsi la droite municipale confond le portefeuille des contribuables et celui de son parti politique, c'est donc nous qui payons le prix de leur renoncement !

Romain Cujives

Conseiller municipal de Toulouse
Conseiller communautaire de Toulouse Métropole